avril - octobre
09h00 – 18h00
Via Santa Croce
Riva San Vitale

Datant de la fin du 16e siècle (1580 – 1594, consacré en 1599) et caractérisé par une imposante coupole surbaissée revêtue de cuivre, le temple domine par sa hauteur le centre historique du bourg. Il est érigé non loin de la demeure familiale par la volonté du chanoine Giovan Andrea Della Croce qui en fit d’ailleurs sa dernière demeure. De l’extérieur, il laisse apparaitre une base carrée qui se transforme en octogone sur la partie haute, forme que l’on retrouve également une fois à l’intérieur. Vous remarquerez l’extrême finesse des trois portails en bois moulés avec des motifs décoratifs. Une fois à l’intérieur, vous pourrez admirer les riches moulures et fresques ainsi que les colonnes doriques en faux marbre. Le sol, soigneusement réalisé avec des incrustations de pierres et de marbre polychrome façonnés et disposés en formes géométriques, renferme en son centre les symboles de la Passion du Christ. Au niveau de la coupole, vous pourrez apercevoir ce qui représentait probablement le Paradis, une œuvre des frères Pozzi, originaires de Valsolda. Les trois toiles et les fresques qui ornent la voûte de la grande chapelle ainsi que les deux retables des chapelles latérales sont dues à la créativité de Camillo Procaccini (1561-1629), artiste reconnu travaillant en Lombardie. À l’inverse, les autres toiles et une partie des fresques sont dues à des artistes qui travaillaient pour lui. La grande chapelle laisse apparaitre en son centre une toile représentant Sainte Hélène en adoration devant la Croix et sur les côtés, le Songe de Constantin et la Découverte de la Vraie Croix. Les chapelles latérales sont consacrées à l’Assomption de Marie et à la représentation de S. Bernardino. Cette dernière représentation est destinée à exprimer la reconnaissance envers le fondateur du Temple, l’illustre oncle Bernardino Della Croce, autrefois proche collaborateur du pape Paul III, et Évêque de Casale Monferrato et de Côme. Les éléments du blason de la famille originaire de Riva San Vitale, une croix à huit pointes surmontée de trois lys farnésiens, sont justement liés à ce rapport entre les deux hommes.

Les balustrades et les bénitiers sont en marbre d’Arzo, à l’instar de nombreux éléments que l’on retrouve dans les lieux sacrés de la région. La construction est aujourd’hui attribuée à l’architecte Giovan Antonio Piotti, originaire de Vacallo, qui travailla également sur quelques éléments de la Cathédrale de Côme et bâtit de prestigieuses demeures pour la noblesse de Côme.